Communication non verbale:les gestes en disent plus que les mots

Ce que dit mon interlocuteur correspond-il à sa pensée, à ses sentiments véritables ? Les mimiques et les gestes le disent. Décryptage de quelques-uns.
112

Notre corps en dit plus que nos mots. En effet, dans la communication orale, on distingue trois niveaux :

  • ce que dit le locuteur : le verbal,
  • la façon dont il le dit (ton de la voix, débit) : le para-verbal,
  • la gestuelle : le non - verbal.

L'Américain Merhabian a établi une équation du comportement verbal / non-verbal, Pour lui la perception de ce que l'on veut dire, est assurée à

  • 7% par les mots,
  • 38 % par le ton de la voix et le débit,
  • 55% par le non - verbal.

Congruence ou concordance entre paroles et gestes

En communication verbale, on appelle congruence l'adéquation entre les paroles et les gestes. Il arrive souvent qu'on ne fasse pas concorder ces deux composantes de la communication. On peut

  • intensifier : sur-jouer la surprise ou la colère,
  • atténuer : minimiser l'expression de notre joie,
  • neutraliser : cacher un sentiment - ne pas montrer la joie que nous apporte une nouvelle,
  • masquer : remplacer une émotion par une autre - mimer la colère alors que l'on a envie de rire.

A titre d'exemples quelques attitudes, parfois devenus des tics, à surveiller chez soi et chez les autres.

Visage

  • Tête penchée : écoute, bienveillance
  • Sourire : y-a-t-il congruence entre les yeux et la bouche ? Si oui, le sourire est vrai, sinon...
  • Nez : doigt sous le nez : attitude dubitative - doigt sur le nez : un problème avec la vérité ?
  • Yeux : F - Fermeture des yeux = ne pas voir. Si le locuteur les ferment calmement, il se retire dans son monde intérieur, s'il les ferme fort, il manifeste son refus ('je ne veux pas voir ») - Yeux dans le vague : projection dans le temps (en haut dans le futur, en bas dans le passé, à droite vers du positif, à gauche vers du négatif). Si on arrive à distinguer le mouvement de la pupille, on saura si la personne a confiance (pupille dilatée) ou se méfie (pupille rétrécie)

Bras et mains

L'ensemble « bras - mains » expriment beaucoup, particulièrement pour les gens du Sud qui ont la réputation de parler avec les mains. Si une de ces personnes cesse de les agiter , c'est qu'il y a un problème !

  • Des mouvements des bras écartés du corps veulent convaincre. Vers la droite, c'est au rationnel que l'on s'adresse ; vers la gauche à l'émotionnel. Si l'on veut équilibrer le discours, il faut utiliser les deux.
  • Les mains en clocher montrent la confiance en sa position, si elles sont posées légèrement c'est l'écoute, l'attention.
  • Et les pouces ? S'ils sont levés : tout va bien ; rentrés, ils marquent le désintérêt ; et s'ils tournent c'est qu'il y a impatience. Lorsque les mains sont dans les poches, c'est un signe de confiance, la personne qui vous parle est sûre d'elle, encore plus si les pouces sont sortis ; par contre si seuls les pouces sont rentrés dans les poches, il y a manque de confiance.
  • Les bras croisés ont une signification différente selon qu'ils le sont de manière détendue (marque d'attention) ou plus serrée (repli sur soi, sentiment d'insécurité)

Jambes et pieds

  • Si votre interlocuteur et vous êtes debout et que les pieds de l'un ou /et l'autre sont à angle droit, c'est qu'il y a dessein de partir, de fuir. Idem lorsque, assis, les pieds d'une personne sont appuyés sur ceux de la chaise : elle est prête à prendre son élan.
  • Assis les jambes à l'équerre ? Votre interlocuteur a mis une barrière entre lui et vous.

Source

Conférence de Renaud Chérel «La communication non verbale » Chaville 9 novembre 2011

En savoir plus

Caroline Terrier La communication non verbale

Joseph Messinger "Quinzomadaire des gestes"

Sur le même sujet