Nathalie Le Gendre: la naissance d'un grand auteur jeunesse

"Vie et Liberté: deux maîtres mots de mon existence" affirme Nathalie Le Gendre. Deux maîtres mots pour qualifier ses trois premiers livres également.

Bien qu'appartenant tous au genre de la science-fiction, chacun des livres de Nathalie Le Gendre nous plonge dans un univers particulier qui semble cher à son auteur. Dans les larmes de Gaïa nous fait naviguer sur une terre engloutie par les eaux à la façon d'un Noé contemporain. La mer est un élément naturel essentiel dans ce roman où l'humanité se retrouve anéantie par Gaïa elle-même, qui a trop souffert de son comportement destructeur. Mósa Wòsa nous fait découvrir la culture indienne. Le respect de la nature est une nouvelle fois au cœur du récit. Pour finir, Automates nous propulse à pleine vitesse dans le monde la moto. Malgré leurs différences apparentes, ces trois livres sont reliés par un ensemble de thèmes importants aux yeux de l'auteur.

Une lutte contre toute forme de haine et de discrimination

Pour Nathalie Le Gendre, l'égalité est un fait, non pas un idéal. La première inégalité qu'elle critique est le sexisme. C'est pourquoi Dans les larmes de Gaïa et Automates nous situent dans des sociétés corrompues et ségrégationniste. Seul le genre masculin peut accéder aux positions de pouvoir. Les femmes sont perçues comme un sexe inférieur, vision d'autant plus percutante dans le milieu du sport (les femmes ne peuvent pas devenir pilotes dans Automates ). Pour mettre à mal tous ces préjugés archaïques encore beaucoup trop présents dans notre propre société, l'auteur nous fournit des héroïnes épatantes dans chaque livre: Natanae, Stenátliha et Andhré-Ann et Illana. Dans Mósa Wòsa , c'est évidemment la xénophobie que l'auteur combat, que ce soit envers les indiens ou envers les clones. Enfin, l'audace de Nathalie Le Gendre va jusqu'à aborder le thème de l'homosexualité dans Automates , sujet qui reste malheureusement assez peu fréquent dans la littérature de jeunesse. Le premier message de l'auteur est donc plutôt évident: c'est un message de tolérance, d'ouverture d'esprit et d'égalité entre tous les êtres humains.

Le thème de la famille

La famille est un thème que Nathalie Le Gendre aborde de façon singulière: souvent chaotique, elle n'est jamais le refuge dont les héros auraient besoin. Endeuillée par la mort de son père, Natanae ( Dans les larmes de Gaïa ) se retrouve dans la famille recomposée de sa mère, alcoolique, qui vit avec un homme violent et pervers. Son ami, Morphée, est rejeté par son père parce qu'il ne partage pas ses opinions. Mósa, orphelin de mère, a été abandonné par son père qui, égoïstement, a créé un clone de son fils, Wòsa. Cependant, le sida des clones ronge ce dernier et le père, lâche et peureux, le néglige. Enfin, Illana ( Automates ) est obligée de fuir le foyer familial pour ne pas être lobotomisée par son père qui n'accepte pas son homosexualité. Les seuls liens forts dans les familles sont ceux de la fraternité qui unissent Natanae et Thynie, Mósa et Wòsa et Andhré-Ann et Luka.

Les limites de la science

Chacun des livres montre un danger de la science. Dans Dans les larmes de Gaïa , la vie de la société est contrôlée par la science, toute expression artistique y étant interdite. À l'instar d'un 1984 ou d'un Equilibrium , ce livre met en avant l'importance de la culture comme stimulateur de réflexion. L'art entraîne une prise de conscience et un goût de la liberté dangereux pour n'importe quelle dictature. Celle dans Dans les larmes de Gaïa repose d'ailleurs sur une organisation hiérarchique très stricte. Le déterminisme social de la société n'est pas sans rappeler Le meilleur des mondes . Naissance, emploi y sont décidés par avance. Pour ce qui est de Mósa Wòsa , l'auteur dénonce l'attitude prométhéenne de l'homme. Malgré les terribles conséquences du clonage (la maladie et la dénigration sociale), l'homme ne peut s'empêcher de créer des clones, preuves de sa toute-puissance. Enfin, Automates offre la vision la plus effrayante de la science: un savant fou, le Pr Allen, cherche à mettre en application ses connaissances scientifiques pour créer un monde qu'il trouve meilleur, l'épurant ainsi de tout être qu'il trouve dépravé, commes les homosexuels ou les criminels, en les lobotomisant.

Chacun des livres de Nathalie Le Gendre met ainsi en avant l'importance de la culture et de la prise de conscience qu'elle apporte. Elle ouvre les yeux du lecteur sur les injustices de notre société et encourage la réflexion personnelle. Pour plus de renseignement sur sa vie, voici son site personnel .

Sur le même sujet