user_images/102751_fr_n136124636.jpg

SÉBASTIEN POLET

Publié dans : Les articles Histoire de Sébastien Polet

Cléopâtre Théa, fille de roi, épouse de 3 rois, mère de 4 rois

Cléopâtre Théa fut l'une des reines les plus cruelles de l'histoire. Ses effroyables crimes inspirèrent même Corneille.

L’histoire des rapports entre les dynasties des Ptolémées et des Séleucides fut souvent complexe. Les deux plus puissantes monarchies hellénistiques tentèrent chacune, à de multiples reprises, de disposer de l’hégémonie au Proche Orient. Des guerres et des alliances se succédèrent.

Premier mari : Alexandre Balas

Sous le règne de Ptolémée VI Philométor, une nouvelle tentative d’union eu lieu. Elle fut l’une des plus rocambolesques de cette histoire mouvementée. Le roi d’Alexandrie offrit sa fille, Cléopâtre Théa à un usurpateur, Alexandre Balas. Ce dernier était peut-être un fils d’Antiochos IV. Par cette union étonnante, Ptolémée VI offrit une légitimité à Alexandre et met ainsi son rival séleucide, Démétrios Ier en difficulté. Le roi légitime de Syrie fut même battu à Antioche de Syrie en 150 avant notre ère. Alexandre Balas devint donc le seul roi des possessions séleucides. Mais Alexandre Balas après avoir éliminé le roi séleucide pensa probablement qu’il pourrait faire pareil avec celui d’Egypte. Il tenta donc d’assassiner son beau-père en 147. Ptolémée VI survécut et fit installer des garnisons au Levant. Il décida de soutenir le fils de Démétrios Ier, Démétrios II contre Alexandre Balas. Ptolémée Philométor fit annuler le mariage de sa fille et la donna à Démétrios II. L’usurpateur fut capturé et exécuté en 145. Ptolémée décéda quelques mois plus tard des suites d’une chute de cheval. Les troupes lagides évacuèrent le Levant.

Deuxième mari : Démétrios II

Démétrios II dut faire face à plusieurs menaces. La population d’Apamée de Syrie se révolta contre lui et proclama roi le très jeune fils d’Alexandre et de Cléopâtre Théa : Antiochos VI. Celui-ci fut exécuté lorsque Démétrios II mit fin à la révolte dans le sang. Quatre ans plus tard, les Parthes attaquèrent le royaume séleucide. Séleucie du Tigre tomba aux mains de l’ennemi et le roi fut capturé en 140. Cléopâtre Théa se retrouvait seule sur le trône séleucide avec deux jeunes fils de Démétrios II.

Troisième mari : Antiochos VII

Cléopâtre Théa décida d’épouser le frère de son mari qui devint ainsi le roi Antiochos VII. Ce dernier se lança à son tour dans la guerre contre les Parthes. Après quelques succès tels que la reprise de Babylone, ses ennemis décidèrent de libérer Démétrios II afin de diviser les Séleucides en deux camps. Ce plan échoua car Antiochos VII décéda lors de combats. Démétrios II revint donc seul dans son royaume. Les Parthes avaient cependant pris soin du roi et l’avait marié avec une princesse de leur dynastie, Rodogune.

Le retour de Démétrios II

Cléopâtre Théa refusa d’accueillir son ancien mari à Tyr. Elle fit fermer les portes de la ville. Quelques semaines plus tard, il fut exécuté par des rebelles. Cléopâtre Théa décida alors de régner seule. En 125, Séleucos V, fils de Cléopâtre Théa et Démétrios II se proclama roi et tenta de régner avec sa mère. Mais Cléopâtre préféra conserver pour elle seule le pouvoir suprême. Sans aucune pitié, elle fit assassiner son fils qui portait le nom de Séleucos Philométor (qui aime sa mère). Ensuite, le frère de ce prince, Antiochos VIII tenta à son tour de monter sur le trône. Il régna avec sa mère de 125 à 121. Il finit par faire assassiner sa mère car il craignait aussi d’être exécuté. Antiochos VIII Philométor Grypos régna jusqu’en 96 mais il dut faire face à l’usurpation du fils de Cléopâtre Théa et Antiochos VII, Antiochos IX Philopator II Cyzicenos qui s’empara du pouvoir de 115 à 95.

Le personnage de Cléopâtre Théa inspira Corneille qui composa, en 1645 une tragédie intitulée Rodogune du nom de la seconde épouse de Démétrios II. Cléopâtre Théa fut évidemment le personnage le plus cruel de la tragédie. Toutefois, il est rare de devoir souligner que la réalité était bien pire que la fiction. Cléopâtre Théa fut une femme cruelle, avide de pouvoir et dépourvue de tout sens moral. Elle fut directement ou indirectement responsable de la mort de l’un de ses maris et de deux de ses fils.

Bibliographie sélective :

BICKERMAN (E.J.), Notes on Seleucid and Parthian Chronology, dans Berytus, v. III, f. II, 1944, p. 73-83.

HÖLBL (G.), A history of the Ptolemaic empire, trad. SAAVEDRA (T.), Londres, New York, 2001.

SARTRE (M.), D'Alexandre à Zénobie. Histoire du Levant antique IVe siècle av. J.-C. - IIIe siècle ap. J.-C., Paris, 2001.

Trésors engloutis d’Égypte, s. dir. GODDIO (F.), assisté de FABRE (D.), photographies de GERIGK (Chr.), Paris, 2006.

WILL (É.), Histoire politique du monde hellénistique, Paris, 2003 (Points / Histoire).

À propos de l'auteur

user_images/102751_fr_n136124636.jpg

SÉBASTIEN POLET

Diplômé en Histoire (Antiquité gréco-romaine) et en Langues et Littératures Orientales (égyptologie, hittitologie, assyriologie). Président de l'asbl Roma.
  • 349

    Articles
  • 5

    Séries
  • 1

    Abonnés
  • 0

    Abonnements

Poursuivez la discussion!