La culture Nagada 2 et l'unification culturelle de l'Egypte

Durant la deuxième phase de la culture Nagada, l'Egypte fut unifiée culturellement et les premières cités d'Egypte virent le jour.
16

Vers 3350 avant notre ère une accélération du développement de l'Egypte ancienne fut constatée par les archéologues. Cette évolution de la culture dite de Nagada fut baptisée période Nagada 2. A cette époque, les Egyptiens n’écrivaient pas encore, les archéologues utilisèrent donc le nom du lieu moderne dans lequel les premiers objets furent mis au jour pour nommer la période. Cette pratique est courante en archéologie préhistorique. Nagada était un village de Haute Egypte situé au nord de Louxor.

La période Nagada fut subdivisée en trois phases en fonction de critères archéologiques et «artistiques». La première débuta vers 3800 et se termina vers 3550 avant notre ère. La deuxième phase dura de 3550 à 3200 et la troisième de 3200 à 2800. C’est durant cette dernière période que naquit la royauté pharaonique .

Unification culturelle et fin du nomadisme en Egypte

C’est durant cette époque que l’unification culturelle se produisit en Egypte, incluant la région du Delta du Nil qui était jusque-là tourné vers le Levant. Un autre changement majeur se produisit dans toute la Vallée: les Egyptiens devinrent sédentaires. Le nomadisme était déjà limité depuis la période badarienne , mais sa fin permit l’éclosion des premières villes d’Egypte. Le peuple devint donc de plus en plus dépendant de l’agriculture.

Hiérarchisation sociale accrue

Les fouilles des nécropoles montrèrent une accentuation du phénomène de la hiérarchisation sociale. Des tombes d’une élite puissante se développèrent. Le luxe était affiché. Au sein de ces «nobles», une élite encore plus puissante naquit dans trois cités de Haute Egypte: Abydos, Nagada et Hiérakonpolis. Les plus grandes tombes étaient rectangulaires. Le corps du défunt était protégé dans un coffre de bois ou de terre crue. Il était entouré d’offrandes nombreuses et variées.

Les vases «Nagada»

Les poteries sont parmi les objets les plus emblématiques de la période Nagada 2. Les vases badariens à bord noir ne furent pratiquement plus produits. Les archéologues constatèrent un essor de la poterie rouge polie. Il prit fin avec l’émergence de la troisième phase de la culture Nagada. Les pots rouges à peintures blanches de la première culture Nagada disparurent au profit de la céramique en pâte calcaire à décor brun. Parmi les motifs retrouvés sur cette poterie, il y avait des bateaux, des arbres, des animaux du désert et des personnages au bras levés.

Industrie de la pierre

L’industrie de la pierre se développa également. Du lapis-lazuli fut importé d’Afghanistan pour les bijoux. Des vases et des pots furent fabriqués en différents matériaux: granite, diorite, stéatite, gneiss, jaspes (rouge ou vert), cornaline, améthyste, serpentinite, porphyre… De grands couteaux en pierre furent confectionnés. Ils étaient peut-être employés lors de sacrifices religieux. Comme aux époques précédentes, de nombreuses palettes à fard furent réalisées en grauwacke.

Une société patriarcale?

Les archéologues remarquèrent une nette diminution des statuettes féminines durant cette période. Des figurines masculines arborant une barbe furent, quant à elles, de plus en plus fréquentes. Pour certains anthropologues, il s’agit de la manifestation du changement de la société qui abandonne son côté matriarcal au profit du système patriarcal. Il pourrait peut-être s’agir de figurines représentant les premiers chefs de cités.

Bibliographie sélective :

ANDREU (G.), RUTSCHOWSCAYA (M.-H.), ZIEGLER (Chr.), L'Égypte ancienne au Louvre , Paris, 1997.

MIDANT-REYNES (B.), Aux origines de l’Égypte. Du Néolithique à l’émergence de l’État , préface de GUILAINE (J.), GRIMAL (N.), Paris, 2003.

MOOREY (P.R.S.), University of Oxford. Ashmolean Museum. Ancient Egypt , 2e éd., Oxford, 1992.

Sur le même sujet