Le monastère de Rila, joyau du patrimoine bulgare

Premier site religieux et touristique de Bulgarie, le monastère de Rila est un lieu unique dont l'histoire est liée à la préservation de la culture bulgare.
40

Situé à 120 kilomètres au sud de Sofia, le monastère de Rila s’élève à 1147 mètres d’altitude au cœur d’une étroite vallée du massif de Rila, dans le sud-ouest de la Bulgarie. Malgré le passé mouvementé du pays et de nombreuses destructions subies, le monastère de Rila s’est imposé au fil des siècles comme le gardien de la culture bulgare, opprimée pendant une longue période par l’occupation ottomane (1400–1878). Devenu un symbole de la Renaissance bulgare au XIXe siècle, il est visité chaque année par des milliers de pèlerins en provenance de Bulgarie et de la région des Balkans. La majorité des circuits touristiques en Bulgarie programme la visite de ce monument, fierté de tout un peuple, et c’est donc naturellement que le monastère de Rila se classe comme le premier site visité du pays.

Saint Jean de Rila, saint patron des Bulgares

Le monastère de Rila fut fondé au Xe siècle par Ivan Rilski (Saint Jean de Rila). L’ermite vivait alors dans une grotte située à trois kilomètres au nord-est de l’emplacement actuel du monastère. Petit à petit, une communauté de moines se forma autour d’Ivan Rilski et ils bâtirent ainsi les premiers édifices du monastère. Ceux-ci furent cependant détruits par un incendie au XIII siècle mais, avec l’aide d’un puissant prince local, de nouveaux bâtiments furent construits à quelques kilomètres du premier monastère.

Les reliques de saint Jean de Rila ont traversé la Bulgarie à plusieurs reprises suivant les lieux de résidence des différents tsars bulgares. Ces derniers ont d’ailleurs largement contribué, par d’importantes donations, au développement du monastère en un centre culturel et religieux majeur de Bulgarie qui a atteint son apogée entre le XIIe et le XIVe siècle. Détruit et pillé au début du XVe siècle par les forces turques occupant alors le territoire, le monastère fut reconstruit à partir de 1469 lorsque les reliques du saint y furent ramenées. Le monastère de Rila devint alors pendant plusieurs siècles le symbole de l’identité bulgare face à l’occupation ottomane. Il devint également un important centre de pèlerinage dans toute la région des Balkans.

Une architecture unique et un symbole de la Renaissance bulgare du XIXe siècle

En 1833, un incendie ravage une grande partie du monastère. Une important mobilisation s’organise alors dans le pays : des dons, mais aussi des artisans, affluent en masse pour aider à la reconstruction des bâtiments. La grande majorité de l’architecture actuelle date de cette époque, à l’exception de la tour Hrelyu datant du XIVe siècle.

Vu de l’extérieur, le monastère de Rila ressemble à une forteresse austère en forme de quadrilatère irrégulier, mais une fois passé l’une des portes d’entrée, le contraste est saisissant. La cour interne est aérée et lumineuse avec en toile de fond les sommets des montagnes. Sur les quatre côtés, des façades de bois rayées sont ornées de balcons et d’arcades. Ceux-ci s’élèvent sur quatre étages en de longs couloirs menant à plus de 300 cellules, quatre chapelles, une cuisine et une bibliothèque abritant plus de 250 manuscrits anciens.

L’église Notre-Dame-de-l’Assomption, située au centre de la cour intérieure, est la plus grande église monastique de Bulgarie. Surmontée de cinq dômes, elle contient trois autels, deux chapelles et une magnifique iconostase en bois sculptée. Plus de 1200 peintures murales, réalisées par les plus grands maîtres bulgares en la matière, ornent les deux entrées du monastère, les murs de l’église principale et ceux de la chapelle de la tour Hrelyu.

Le monastère de Rila fut déclaré monument historique national par le gouvernement bulgare en 1976 et ajouté à la liste du patrimoine mondial de l’Unesco en 1983. Pour l’Unesco, «ce monument caractéristique de la Renaissance bulgare (XVIIIe-XIXe siècles) symbolise la prise de conscience d’une identité culturelle slave après des siècles d’occupation» (Source: Convention mondiale du patrimoine de l’Unesco ).

Visite du monastère de Rila: informations et conseils pratiques

L’accès au monastère est gratuit mais vous devrez vous acquitter d’une admission si vous souhaitez visiter le musée. Pour les visiteurs ayant plus d’une journée pour découvrir le site, il est possible de passer la nuit dans l'une des cellules du monastère et de faire des balades à pieds dans les forêts et montagnes environnantes.

  • Musée du monastère de Rila

  • Dormir dans le monastère de Rila

  • Découvrir les environs

Sur le même sujet