La course aux jobs d'été est lancée

Un petit boulot pour se payer ses vacances, ses études ou simplement pour acquérir une expérience professionnelle ; la course aux jobs d'été est lancée.
8

Certes, on aurait facilement tendance à en douter puisque les pelles à neige ne sont encore pas vraiment rangées au placard ; reste que l’été arrive à grands pas. Et qui dit été, dit évidemment vacances, mais aussi pourquoi pas petit job ? Les deux vont parfois de pair d’ailleurs. En France, les jobs d’été concernent chaque année 350 000 jeunes, selon les chiffres du CIDJ

Un petit boulot pour se payer ses vacances, ses études ou simplement pour acquérir une expérience professionnelle ; les jobs d’été répondent à des besoins différents. Peu importe, voici tout ce qu’il faut savoir pour garnir son porte-monnaie d’étudiant. Il s’agit donc avant tout de mettre le doigt sur ses priorités.

S’il vous paraît important de remplir votre bourse, vous avez deux options : soit trouver un job payé au-dessus de la moyenne, soit limiter les frais que pourrait vous demander l’exercice de cet emploi. A souligner ainsi que les postes aux horaires décalés et les emplois permettant de cumuler fixe et commissions vous rapporteront un peu plus que le SMIC. En ce qui concerne la limitation des frais, privilégiez dans la mesure du possible des postes à proximité de chez vous ou de proches, ce qui évitera les frais de logement. Ne jouez pas non plus au difficile ! Quoi qu’il puisse être, ce premier emploi vous procurera une nouvelle expérience à mettre en avant dans l’avenir et vous permettra d’affûter votre projet professionnel si ce premier job ne vous convient pas.

Il n'est jamais trop tôt pour s'y mettre

En revanche, si vous avez déjà un projet professionnel, inutile de précisez qu’il vous faudrait trouver une porte d’entrée dans le domaine désiré par l’intermédiaire de votre job d’été.

Et comment la trouver cette porte ? Simplement en adoptant une recherche d’emploi active identique à celle que vous serez amenés à adopter à la sortie de vos études. Petites annonces, candidatures spontanées, bouche à oreille – faites jouer vos connaissances – ne lésinez pas sur les moyens. A cela, ajoutez votre cerise sur le gâteau en préparant soigneusement votre CV et lettre de motivation manuscrite. (Gare à l’orthographe et à la présentation !)

Quelques jours après vos envois, n’hésitez pas à relancer l’employeur potentiel par téléphone. Pensez également à l’approche directe pour des postes dans les commerces, restaurants et entreprises touristiques. Présentez-vous personnellement et remettez votre CV en main propre. Rien ne vous empêche par ailleurs de faire un détour par les agences d’interim qui, pour certaines, sont spécialisées dans des domaines propices aux jobs d’été. Ceci est possible dès 16 ans à condition de ne faire ni heures supplémentaires, ni travail de nuit et tâches pénibles.

De nombreux sites sur le net

Donc, à ceux qui auraient malencontreusement raté les bourses aux jobs d’été qui ont fleuri ici et là ces dernières semaines, il ne vous reste plus qu’à vous armer de vos stylos et fouiner à la recherche de votre poste rêvé. Inutile de préciser que des sites incontournables ont pilier sur rue sur le net. N’hésitez donc pas à jeter un œil sur les sites de Pôle Emploi , du CIDJ (Centre d’information et de documentation jeunesse), des missions locales, CROUS (Centres régionaux des œuvres universitaires et scolaires), où vous devriez y trouver votre compte. A condition de s’y mettre dès maintenant, si ce n’est déjà fait ! En route donc pour des vacances « sea, sex and job » !

Sur le même sujet