Nouveau roman de Jonathan Franzen - Freedom

Un portrait de la famille américaine par Jonathan Franzen.
9

C’est avec beaucoup d’appréhension que la lecture de Freedom s’entreprend. Il y a d’abord le grand succès du roman de l’auteur, Les Corrections (National Book Award, 2001, et James Tait Black Memorial Prize, 2002). Ensuite, le statut de rock star de Franzen, qui prépare le lecteur à quelque chose de grand, à un roman important.

La famille américaine

Freedom est un immense roman sur la famille américaine contemporaine. Jonathan Franzen couvre plusieurs dizaines d’années dans ce roman, et il le fait de façon extrêmement détaillée. Ainsi, les personnages évoluent de façon personnelle, mais aussi selon le climat politique, économique et social des Etats-Unis à diverses périodes. Le plan de Franzen dépasse donc le simple roman; c’est une observation quasi historique de l’Amérique contemporaine.

La mère

D’abord, il y a Patty Emerson, ancienne joueuse de basketball et mère de famille. Éternelle insatisfaite, le personnage de Patty est perçu à travers les divers choix faits depuis son adolescence. Le choix de passer une soirée avec Ethan Post, qui se terminera par le viol de Patty; le choix ensuite de ne pas porter plainte à la police; le choix du basketball; l’amitié avec l’étrange Éliza; le choix de Richard ou de Walter, etc. Patty est constamment en ré-évaluation de ses choix, ou alors elle en subit les conséquences sans arrêt. Le personnage est complexe, mais réaliste dans cette façon de n’être jamais complètement satisfaite, de chercher, toujours, à atteindre un bonheur complet - une liberté personnelle au centre d’une dépendance familiale.

Le père

Walter Berglund est le mari de Patty et son personnage est centré sur des aspects plus politiques et économiques du roman. À travers le cheminement académique et professionnel de Walter, Franzen offre une réflexion poussée sur l’environnement ainsi que sur les bonnes et les mauvaises façons de préserver la nature, ses animaux et l’espèce humaine. Walter est confronté à des pensées extrêmes sur la surpopulation et la protection d’espèces animales, et c’est dans un fouillis de lois, de politique et d’économie qu’il tente de faire le bien, sa par pour la survie de l’espèce humaine.

Une garçon et une fille

Les Berglund ont deux enfants : Jessica et Joey. Le personnage de Jessica est celui qui est le moins développé dans le roman; Patty favorisant ouvertement Joey. Ce dernier détient une place très importante dans le roman. Joey fait rager Walter par son indépendance et ses idées républicaines. Et Patty fait rager Joey par son trop grand amour de mère et son dévouement sans limite à son bonheur. Le lecteur suit l’évolution de Joey depuis son enfance jusqu’à l’âge adulte et il est clairement établi que les choix qu’il fait sont une conséquence des choix de ses parents, et donc, Franzen élargit la portée de chaque action d’une génération à une autre. Quant à Jessica, elle obtient la place d’ entre-deux , de liaison ou alors de messager entre les personnages.

Les libertés de chacun

Freedom est l’histoire d’une famille dont les individus cherchent, chacun à leur manière, à faire le bien. Que ce soit en construisant une maison familiale, en préservant une espèce en voie de disparition ou simplement en cherchant une façon d’obtenir un bon emploi et une sécurité financière. Chacun des membres de la famille cherche une façon de construire un futur heureux, mais les choix faits sont toujours une résultante du dilemme entre le cœur et la raison. Et c’est bien là, au final, le grand sujet du roman : cette grande bataille et ses conséquences pour l’individu – son impact sur les libertés de chacun. À lire!

Jonathan Franzen est écrivain et essayiste. Freedom est son quatrième roman, suivant La vingt-septième ville (1988), Strong Motion (1992) et Les Corrections (2001). Franzen est le premier auteur à faire la première page du magazine Time depuis Stephen King, en 2000.

Sur le même sujet