Tournoi des 6 Nations: le XV de France amer après sa défaite

Après deux rencontres remportées à l'arrachée, les Français, tenants du titre, ont peut-être cédé leur bien au XV de la Rose, ce samedi à Twickenham.
7

À la sortie du terrain après leur défaite devant le XV de la Rose, les Français faisaient plutôt grise mine: l'impression, sans doute, de ne pas avoir fait ce qu'il fallait pour battre une équipe anglaise à leur portée. «On n’est pas content de rivaliser avec les Anglais, on est content quand on les bat», lâchait d'ailleurs sèchement le troisième ligne Imanol Harinordoquy.

«Ils étaient à notre portée ce soir (samedi 26 février 2011), ce ne sera pas toujours le cas», remarquait également le centre Yannick Jauzion. Effectivement, à un peu plus de six mois de la Coupe du monde, ce Tournoi des 6 Nations est la répétition grandeur nature de ce qui peut se passer en Nouvelle-Zélande.

Depuis le début du tournoi, la France n'a jamais montré son meilleur visage. Pourtant, à Twickenham, les Bleus ont fait mieux que face à l'Irlande et l'Écosse, mais ces diables d'Anglais, qui sont à la recherche d'un succès dans ce tournoi depuis 2003, ont réussi à faire la différence devant près de 82 000 spectateurs sur leur pré.

Les questions restent posées sur la capacité des Français à pouvoir franchir le cap pour devenir la nation dominante en Europe.

Lièvremont s'en prend à l'arbitre:

Tous reconnaissent qu'il manquait le petit plus pour faire la différence et le sélectionneur a même été un peu plus loin lors de la conférence de presse.

Marc Lièvremont a critiqué l’arbitrage de l’Irlandais George Clancy lors de la défaite (9-17) en Angleterre, samedi à Twickenham dans le Tournoi des 6 Nations, indiquant notamment n’avoir «rien compris» concernant les mêlées. «Il faut le demander à George Clancy car j’avoue que moi, je n’ai rien compris, ni sur la mêlée, ni sur le jeu au sol. Je ne vais surtout pas dire que c’est la faute à l’arbitre (pour la défaite, NDLR) mais je n’ai rien compris à son arbitrage sur la mêlée», a déclaré le coach tricolore.

«De la même manière, je commence à en avoir un petit peu assez: c’est vrai qu’on ne se crée pas beaucoup d’occasions d’essai mais il faut reconnaître qu’il est difficile de rentrer dans les trente mètres adverses. Ça a été le cas en Irlande et ça a encore été le cas aujourd’hui (samedi)», a poursuivi le sélectionneur français.

«Je me demande quelle aurait été la réaction de l’arbitre avec une faute intentionnelle française dans un ruck, un talonnage à la main à cinq mètres sous les poteaux», a-t-il souligné en référence à un talonnage à la main du 3e ligne Nick Easter sur une offensive française à quelques mètres de la ligne d’essai adverse.

«Ce n’est quand même pas à cause de l’arbitre qu’on a perdu», a insisté Lièvremont. «Mais il y a des choses qui me restent un petit peu en travers.»

Julien Pierre (deuxième ligne du XV de France): «On a montré de belles choses face à une très belle équipe d’Angleterre, chez eux, dans un contexte extrêmement difficile… Cet essai nous met la tête à l’envers et on n’arrive pas à prendre le dessus. On a peut-être un manque de maîtrise aussi: au lieu de vouloir gérer et de jouer chez eux, on a voulu faire du jeu. Ils étaient devant, ils n’avaient pas trop d’efforts à faire et on a joué leur jeu. C’est frustrant et encourageant. On a eu une grosse débauche d’énergie en défense, on a tenu le coup face aux assauts anglais très longs. Ils ont plus tenu le ballon en deuxième mi-temps, fait moins de faute… Nous, on a plus subi les impacts. Ça reste une défaite, il va falloir tirer des enseignements. [En première mi-temps] on ne les sent pas bien, on les fait douter. Ils font tomber des ballons parce qu’en défense on leur a fait mal.»

Thierry Dusautoir (capitaine et troisième ligne du XV de France): «Ce qui domine c’est de la déception parce qu’on n’a pas su gagner la partie. Ce qui est bien, c’est qu’après dix minutes difficiles où on prend un essai et une pénalité, on aurait pu voir nos démons réapparaître, mais on s’est serré, on est allé chez eux, on a une occasion d’essai qu’on rate de peu, on a une pénalité qui va sur le poteau… Ce sont ces petits détails qui comptent dans un match de haut niveau. Sur la deuxième mi-temps, on a été dominés dans les rucks, ça a été difficile d’imposer notre rugby. C’est encourageant, il nous reste encore beaucoup de travail. On est persuadé qu’on a le potentiel pour devenir une équipe compétitive au haut niveau. On a encore une option pour gagner le Tournoi. On leur a posé des problèmes surtout en première mi-temps mais pas de manière suffisamment continue pour gagner le match. Mais l’équipe de France a montré qu’elle pouvait bouger même les meilleurs, c’est bien.»

Dimitri Yachvili (demi de mêlée du XV de France): «On est forcément déçu. C’était une partie acharnée qui s’est jouée à pas grand-chose. En première mi-temps, on leur a mis une bonne pression, l’essai en début de deuxième mi-temps nous a fait mal. Malgré ça, on a montré une image plutôt positive. On s’est bien battu, on a montré beaucoup de solidarité.»

Yannick Jauzion (centre du XV de France): «On a su créer des brèches mais on n’a pas assez concrétisé à mon sens. En deuxième mi-temps, il nous a manqué des ressources physiques pour pouvoir essayer de renverser le match. Ils ont fait une bonne entame sans rien montrer de très grand non plus. Ils étaient à notre portée ce soir, ce ne sera pas toujours le cas.»

François Trinh-Duc (demi d’ouverture du XV de France): «On peut avoir des regrets. On fait un début de deuxième mi-temps catastrophique avec cet essai et on n’arrive pas à revenir. À la mi-temps, on a dit qu’il fallait être calme et avoir la bonne dynamique, mais on prend cet essai et un coup derrière la tête. On a essayé de continuer à produire du jeu, mais dans les rucks, ce n’était pas arbitré de la même manière. On arrive à mettre de la vitesse, à créer des intervalles, on a été plutôt cohérent. On était venu ici pour gagner. Quand on voit la première mi-temps, c’est encore plus de regrets.»

Damien Traille (centre du XV de France): «On a su imposer notre jeu. On savait qu’on ne reproduirait pas le même scénario qu’il y a deux ans. On échoue de peu. Il y a encore la possibilité de gagner le Tournoi, on sort de ce match avec des certitudes.»

Vincent Clerc (ailier du XV de France): «C’est dommage parce qu’on a été présent dans tous les secteurs du jeu, c’est ce qui nous laisse de la frustration.»

Trinh-Duc touché au genou droit

L’ouvreur du XV de France François Trinh-Duc s’est blessé au genou droit a dû céder sa place à la 67e minute, remplacé par sur le terrain par Alexis Palisson et à l’ouverture par Damien Traille.

Le pilier Sylvain Marconnet, entré en jeu à la 60e minute en remplacement de Thomas Domingo, a dû se faire poser trois points de suture à l’arcade sourcilière droite. Le 2e ligne Julien Pierre a également dû se faire poser des points de suture, a-t-on appris auprès de l’encadrement français.

Contrôle antidopage

L’ailier Yoann Huget et le 2e ligne remplaçant Jérôme Thion se sont soumis à un contrôle antidopage après la rencontre.

La prochaine liste des 23 retardée

L’entraîneur du XV de France Marc Lièvremont a indiqué samedi, après la défaite en Angleterre, vouloir se donner quelques jours de réflexion avant d’annoncer le groupe des 23 joueurs retenus pour le prochain match du Tournoi des 6 Nations, le 12 mars en Italie. «Il est fort possible que l’annonce du groupe des 23 soit différée de quelques jours et que vous l’ayez en milieu de semaine», a déclaré Lièvremont en conférence de presse après la défaite (7-19) à Twickenham.

Pour justifier ce choix, l’entraîneur français a notamment cité l’incertitude concernant l’ouvreur François Trinh-Duc, blessé au genou droit en Angleterre, mais aussi un possible retour de l’arrière-ailier Maxime Médard, forfait en raison d’une blessure aux ischio-jambiers mais pour qui «ça s’est joué à vingt-quatre heures», laissant ainsi ouverte l’hypothèse d’un retour contre l’Italie. En Angleterre, Médard a été remplacé dans le groupe par le Briviste Alexis Palisson et dans le XV de départ par le Toulousain Clément Poitrenaud.

La délégation française regagnera Paris ce dimanche en milieu d’après-midi en Eurostar. Les joueurs seront immédiatement libérés et regagneront leurs clubs respectifs avec lesquels ils participeront à la 20e journée du Top 14 programmée vendredi et samedi prochains.

Les Français seront rassemblés dimanche prochain au Centre national (CNR) de Marcoussis (Essonne) pour préparer le déplacement en Italie. La composition du XV de départ sera dévoilée mardi 8 mars, a indiqué à l’AFP l’encadrement du XV de France.

Source: www.ffr.fr

Sur le même sujet